Télétravail: la « folie furieuse » pour les chiens et les chats

La Presse Canadienne
Acadie-Nouvelle
Le téléphone ne dérougit pas chez les éleveurs et dans les sociétés protectrices des animaux. Les Québécois, dont plusieurs sont en télétravail, tentent désespérément de se trouver un compagnon à quatre pattes. Des vétérinaires et des entraîneurs, eux, peinent à répondre à la demande.